Violences sexuelles et TCA

4,3% des victimes de violences sexuelles développent des TCA (troubles du comportement alimentaire).

📌 Contexte 

Une étude * publiée en janvier 2022 dans la revue internationale Eating and Weight Disorders, 4 scientifiques ont étudié les données du Collectif Féministe Contre le Viol portant sur 4 ans et demi, soit un panel de 12.638 appels de victimes de violences sexuelles. 

Ce qu’on y apprend : Sur les 12 638 personnes, 538 femmes et 8 hommes ont des troubles du comportement alimentaire. 

→ Pour rappel, les TCA incluent :  l’anorexie mentale, la boulimie ou encore l’hyperphagie boulimique.

→ En France, 900 000 personnes présentent des TCA, selon la Fédération française anorexie boulimie (FFAB). 

📌Quel est le profil des victimes ?

→ Ce sont des personnes qui ont subi des violences sexuelles très jeunes (13 ans en moyenne).

→ L’agresseur est une personne du cercle familial (inceste).

→ Les TCA viennent parfois s’ajouter à d’autres troubles comme : anxiété, TOC, dépressions, tentatives de suicide, mutilations, automédications, chocs post-traumatiques, alcoolisme…

📌Quel est le lien entre troubles alimentaires et violences sexuelles ? 

N’étant ni médecin, ni chercheuse, je vous mets la liste des schémas psycho-émotionnels mis en avant par l’étude : 

→ ​​Bien-être instantané par se sentir « plein  » (cf boulimie).

→ La désexualisation du corps : Tentative de ne plus attirer le regard de l’agresseur, pour se protéger

→ « Boucher l’accès symbolique » : pour éviter à l’agresseur de rentrer. 

→ La sensation de pouvoir contrôle induite par le contrôle alimentaire : “Je contrôle ce qui rentre en moi.” 

 
👉 Il existe aujourd’hui de nombreux liens évidents entre TCA et violences sexuelles, en avoir en tant que sexologue mais aussi en tant qu’être à part entière permet de mieux comprendre et donc de mieux accompagner les personnes victimes.

 ðŸ‘‰ Pour rappel : Le Collectif Féministe Contre le Viol, propose une ligne d’écoute gratuite, anonyme et confidentielle au 0 800 05 95 95

____________

Source : “Disordered eating as a repercussion of sexual assault: a consequence to consider” – Étude menée sur 12 600 personnes par Aurore Malet-Karas, Delphine Bernard, Emmanuelle Piet & Eric Bertin 

#TCA #TroublesAlimentaires