7 signes qui montrent que vous avez intériorisé le capitalisme 💥

 👉Le mois dernier j’ai écrit un post sur cette notion nouvelle qu’est le capitalisme intériorisé (ou internalisé), qui est une injonction constante à la productivité.

Vous êtes peut-être en train de vous prélasser pendant vos vacances et, là, angoisse, vous pensez au travail et vous n’arrivez pas à empêcher cette boule au ventre.

C’est trop tard, vous n’arrivez plus à vous détendre et vous êtes même en train de vous demander si vous ne devriez pas « prendre un peu d’avance ».

Et si ce n’était pas vous le problème ? ❌

Et si ce n’était pas non plus votre entreprise ? ❌

Et si c’était finalement notre monde qui n’allait pas. ❌

 👉 Les 7 comportements du capitalisme intériorisé : 

1) Ta valeur est liée à ta productivité :
➡️ À quand remonte la dernière fois où vous avez regardé Netflix sans vous sentir coupable ? 

2) Tu ressens de la culpabilité quand tu fais quelque chose d’agréable et qui n’est pas lié au travail :
➡️ Est-ce qu’il vous arrive de faire des choses durant votre temps libre par simple amusement ? Personnellement, je ressens de la culpabilité à faire quelque chose qui ne soit pas dans un but “productif” ?

3) Tu priorises le travail au détriment de ta santé :
➡️ Combien de personnes vont travailler alors qu’elles sont malades ?

4) Tu assimiles le repos à la fainéantise :
➡️ Qui a déjà entendu “Work hard, Play Harder” ? Tout est dit. 

5) Tu hiérarchises tes activités :
➡️ Dans le capitalisme intériorisé, ce qui ne contribue pas à gagner de l’argent ou à s’améliorer est une perte de temps.

6) Tu donnes la priorité à ton travail plutôt qu’à tes proches :
➡️ Qui n’a jamais oublié de répondre un SMS une fois ou de manquer / reporter des rendez- vous ?

7) Tu es dans l’optimisation permanente  :
➡️ Que ce soit le poids, le reflet dans le miroir, parfois, nous cherchons toujours à faire plus, à optimiser tout, à être constamment une version 2.0 de nous-mêmes.

 📌 Et vous, qu’en pensez-vous ?
_____________

#argent#couple#temps#égalitéprofessionnelle#féminisme#coupleetargent#internalizedcapitalism

Soyez la meilleure version de vous-même ou la phrase que je ne peux plus entendre  ❌

👉 Depuis quelque temps, j’écris et je lis énormément sur le capitalisme intériorisé. 

Lors d’un de mes posts, une personne m’a fait remarquer que ce phénomène venait toucher toutes les sphères y compris celle qu’on ne soupçonne pas : le développement personnel.

Comment ?

👉 Avec cette phrase très connue “Soyez la meilleure version de vous-même”.

Partant d’une bonne attention, cela signifierait donc que … 

– Ne pas faire 2h de sport par semaine,
– Ne pas manger équilibré,
– Ne pas pratiquer la méditation,
– Ne pas pratiquer la gratitude (expliquez moi d’ailleurs comment ça fonctionne) 

… aurait pour conséquence de ne pas être la meilleure version de nous-même ?

Et donc si je poursuis la réflexion, si je ne pratique pas tout ça, je ne suis qu’une version « cheap », « bas de gamme » de moi-même ?

 👉 Sérieusement ?

Je ne doute pas de certains effets positifs du développement personnel, mais à un moment donné, si on cessait juste d’être toujours “plus” ? 

Si on acceptait simplement qui nous sommes ?

Ce capitalisme intériorisé fait pas mal de victimes dont les femmes en ligne de mire (si vous ajoutez la charge mentale avec, c’est un aller-simple pour un tourbillon d’angoisses).

À vouloir avoir une vie professionnelle parfaite, des enfants parfaits, une alimentation parfaite… On arrive à un épuisement.

➡️ Et vous ? Que pensez-vous de cette injonction au bonheur permanent ? De cette course au plus ?

Je vous invite fortement à lire cet ouvrage, une bombe qui va venir secouer votre vision du monde, de Laetitia Vitaud, “En finir avec la productivité”.

____________

#argent#couple#temps#égalitéprofessionnelle#féminisme#coupleetargent#internalizedcapitalism#écoféminisme#développementpersonnel#développementantipersonnel

13 Juillet 1965 : Cela fait 57 ans que les femmes sont considérées juridiquement en France

57 ans…

57 ans seulement.

📌 Un peu d’histoire …

Depuis 1804, les femmes n’ont ni le droit d’avoir un compte en banque, ni de travailler sans l’autorisation de leur mari, et restent sous la domination totale de leur mari (ahhh Napoléon et ses grandes idées, bref ce n’est pas le sujet).

Le mari a alors tous pouvoirs sur les biens et sur le travail de son épouse.

📌 La loi du 13 juillet 1965 rend effective la capacité juridique de la femme mariée.

En d’autres termes :

  • Le mari ne peut plus s’opposer à l’exercice par son épouse d’une profession séparée.
  • La loi établit l’égalité des époux dans la gestion des biens et introduit la communauté réduite aux acquêts qui devient le régime légal en l’absence d’un contrat de mariage.
  • Chaque époux peut, en outre, ouvrir un compte bancaire en son nom propre.

Cette loi marque la possibilité aux femmes de travailler et d’avoir un compte bancaire en leur nom propre.

Rendons-nous compte, jusqu’en 1965 les femmes n’avaient pas d’autre choix que si elles voulaient travailler, de travailler avec leur mari.

📌 Et la suite ?

5 ans plus tard, une loi oubliée des manuels d’Histoire va venir rabattre les rôles familiaux.

En 1970 ; la loi 70-459 remplace la puissance paternelle par l’autorité parentale conjointe.

Antérieurement à la loi du 4 juin 1970, le père exerce seul la puissance paternelle.

Ce fantôme du « Chef de famille » poursuivra les hommes et les femmes jusqu’à aujourd’hui, mais n’allons pas trop vite en besogne, j’en ai déjà parlé lors des précédents posts 😉

Et si on cessait de gérer nos vies comme on gère une entreprise ? ❌

(D’ailleurs si on cessait d’utiliser le mot “gérer” pour parler de sa vie?)

 👉 Petite anecdote :

Juin 2022 : Pour la première fois de ma vie en 7 ans, je me retrouve avec du temps, BEAUCOUP de temps. 

Au croisement de 2 routes professionnelles, cette pause s’impose à moi avant l’ouverture de mon cabinet en sexologie en Septembre 😍 (lien en commentaire). 

D’abord l’exaltation, est venu le temps des questions et de l’introspection.

Après 4 années intenses d’entrepreneuriat, je respire à nouveau.

Et puis, je me mets à observer… 

 👉 L’injonction à la productivité est partout et elle a un nom : Le capitalisme intériorisé. 

On la voit avec des phrases du type :

“Comment être la meilleure version de soi-même?”,
“Je ne suis pas disponible avant la prochaine pleine lune”,
“Est-ce que tu veux apprendre à optimiser ton temps ?”

Cette course au plus, à l’optimisation permanente de notre temps nous détache de nos aspirations profondes, de nos émotions, nous coupe de notre être et nous donne cet air occupé que l’on connait tous si bien.

Oui, car il faut avoir l’air occupé, car quand on est occupé, c’est qu’on a réussi sa vie, non ? 💸

Je ne compte plus le nombre de post LinkedIn où les personnes disent qu’elles sacrifient tout “mais c’est ok parce qu’elles ont atteint leur objectif”.

❌ Non ce n’est pas ok. ❌

 👉 Aujourd’hui prendre du temps pour soi est souvent synonyme de fainéantise, d’échec.

Preuve en est : le présentéisme si imbibé dans nos cultures managériales.

Cette course au temps n’est que l’échos d’une société qui va mal et n’est que le reflet d’une société qui en veut toujours plus, qui consomme toujours plus.

Optimiser sa vie, optimiser son job, optimiser son couple c’est oublier ce qui nous rend profondément humain. 

 👉 Il devient primordial de déconstruire notre rapport au temps, et à l’argent pour vivre plus durablement.

À l’heure où la planète brûle,
À l’heure où nos cerveaux brûlent aussi (on parle de burn-out non ?),
À l’heure où nos ressources s’épuisent…

Économisons-nous.

➡️ Et vous ? Avez-vous remarqué cette injonction permanente à la productivité ? 

____________

#argent#couple#temps#égalitéprofessionnelle#féminisme#coupleetargent#internalizedcapitalism#capitalismeintériorisé

Victime de virilité : Quand l’absence de vie professionnelle a un impact sur le désir des hommes ❌ 

Les rôles sociaux et les stéréotypes ont une conséquence sur notre santé non négligeable. 

Je parle très souvent des femmes, mais aujourd’hui parfois la pression sociale sur les hommes est telle que les conséquences se font sentir jusque dans leur vie intime. 

📌 Là où la situation professionnelle n’influe pas sur l’activité sexuelle chez les femmes ; chez les hommes, la conséquence est établie de façon assez limpide : 

👉 Plus ils seront épanouis dans leur vie professionnelle et plus leur vie sexuelle le sera également.

👉 Statistiquement* : Ils sont 35% parmi ceux qui ne travaillent pas, à déclarer une absence de désir sexuel contre moins 18% pour ceux qui exercent une profession.  

👉 Concrètement, être au chômage quand on est un homme, a un impact non négligeable sur le désir. 

📌 Pourquoi ? 
La remise en cause de leur rôle social comme “chef de famille”, ayant pour “devoir de nourrir le foyer” va influencer la perception qu’ils ont d’eux-mêmes et leur vision de la virilité. 

Cette virilité ne pourra plus s’exprimer dans la sphère la plus intime qui soit : leur vie sexuelle. 

📌 Le lien avec l’argent et le couple hétérosexuel ?

Si l’absence de vie professionnelle est capable de diviser par deux l’absence de désir, qu’en est-il quand une femme va gagner plus qu’un homme avec la dimension symbolique de la castration ?  
____________

*Enquête sur la sexualité en France ; pratiques, genre et santé de l’édition 2008 – Étude réalisée sur une population de 12 000 personnes (une étude sort tous les 15 ans)

Le salaire du mari : Plafond de verre ?

“Le salaire du mari constitue un des « plafonds de verre » qui bloque la progression du salaire des femmes mariées* ”😰

Ça pique et pourtant…

C’est une réalité.

Une réalité qui peut vous gêner, certes, mais elle est là et on doit la regarder dans les yeux.

📌Comment cela s’explique ? 

Les femmes, afin de ne pas heurter leurs partenaires masculins et la représentation qu’ils ont d’eux-mêmes, vont :

👉 Se brider dans leur carrière, 
👉Adopter des comportements genrés par l’extrême en faisant plus de tâches ménagères à la maison,
👉Moins parler de leurs vies professionnelles en société
👉 Minimiser leurs réussites

📌Au nom de quoi ?
De la préservation de l’égo, et de l’estime de soi de leurs partenaires

Sincèrement, je pensais que mon enquête autour du couple hétérosexuel et l’argent allait donner tort à cette étude. 

J’avais tout faux. ❌

📌 Les comportements évoqués dans cette étude, croisent ceux que je retrouve dans ma recherche (que je présente dans 9 jours d’ailleurs ! ) …

On a encore du travail…

Et vous ? L’avez-vous déjà remarqué autour de vous ?

_____________

* Marianne Bertrand, Emir Kamenica et Jessica Pan, Gender Identity and Relative Income within Households, mai 2013

“3 couples sur 5 optent pour un fonctionnement en compte commun uniquement* “ 💥

Avant de rentrer dans le vif du sujet, quelques rappels :
☝️ En France en 2011 on comptait 20 millions d’individus en couple, ce qui correspond de fait à 10 millions de couples.
✌️ ​​La notion de couple retenue par L’INSEE est celle “de deux personnes âgées entre 20 – 59 ans et vivant sous le même toit”.

📍 Revenons-en à notre objet de discorde..

3 couples sur 5 (65%) fonctionnent avec un compte commun uniquement = 6 millions de couples soit 12 millions de personnes !

👉 Concrètement cela signifie qu’en France, 12 millions de personnes acceptent que toutes les entrées d’argent soient partagées au sein du ménage.

Au delà de cette mise en commun, cette étude révèle que la grande majorité de ces couples (79 %) déclarent n’avoir pas institué de limite, ni ensemble ni individuellement.

👉 En d’autres termes, la conversation sur l’argent n’a pas eu lieu.

Cette dépersonnalisation du rapport à l’argent est dangereuse dans le sens où en cas de séparation, la femme risque de se trouver dans une situation précaire en cas de séparation. Elle ne sera pas protégée.

Je sens déjà les réflexions “oui mais on ne sait pas s’ils sont mariés ou pas”.

Exact.

Figurez-vous que cette mise en commun concerne 74% des couples mariés, 30% des couples pacsés et 37% des couples en union libre.

C’est d’une dangerosité extrême pour l’indépendance économique des femmes.

Il est primordial d’en prendre conscience et de provoquer une conversation autour de l’argent ! 💰

Interrogeons-nous sur ce que cela dit de nous comme le dit si bien Fabienne Dupuij, experte de la relation à l’argent.

___________

* Source : La mise en commun des revenus dans les couples, Insee

“Tout ce que tu as, est à moi, tout ce que j’ai est à toi “ : La pire arnaque dans une histoire d’Amour ❌

Phrase qui pourrait être prononcée dans un élan de romantisme et qui, croyez-moi, doit être un signal d’alarme !  🚨

Au nom de l’Amour, (dans un couple hétérosexuel) Madame prend en charge les frais de la vie quotidienne et Monsieur paie les charges fixes et on se dit qu’on s’y retrouve.

 👉 Oui on s’y retrouve jusqu’à ce que le couple se perde 👈

📌  Le divorce est la séparation aux effets les plus négatifs : il engendre une perte de niveau de vie de 22 % pour les femmes contre 3 % pour les hommes*.

Pire, il plonge les femmes dans la pauvreté.

📌  Suite à un divorce, 20 % des femmes basculent dans la pauvreté contre 8 % des hommes.

Une femme sur cinq plonge dans la pauvreté car « tant qu’on s’aime tout va bien, ne t’en fais pas, je m’occupe de tout « .

Non tout ne va pas bien, et il est essentiel de parler d’argent, d’organisation financière dès le début.

C’est tout l’objet de mon mémoire de recherche que je finalise en ce moment.

📩 PS: Pour suivre mes avancées et savoir quand les résultats de mon étude seront disponibles, n’hésitez pas à vous abonner à ma newsletter (en commentaire) 

_____________

* « Les séparations : un choc financier, surtout pour les femmes »
Cédric Lacour, Insee, Paru le : 16/10/2018

Témoignage : « Je pense que pour que le couple fonctionne, il faut laisser l’homme à sa place avec sa virilité. »

Je pense que pour que le couple* fonctionne, il faut laisser l’homme à sa place avec sa virilité. » 😨

Ces mots, sont ceux que j’ai entendus lors d’un de mes entretiens pour ma recherche en sexologie.

👉 Choquant, n’est-ce pas ?

Cette phrase peut vous paraitre hors contexte, issue d’un autre temps, ou totalement décalée et pourtant elle représente une réalité.

Une réalité cachée.

Une réalité tellement inscrite en nous qu’on ne la voit plus.

Une réalité dont on parle peu à l’heure actuelle.

 👉 Et pourtant… beaucoup de femmes auront tendance à limiter leurs efforts professionnels pour maintenir un niveau de vie inférieur.

Au nom de quoi ?

Au nom de la virilité.

( 📌 Pour rappel : dans les grandes lignes, la virilité est une des expressions de la masculinité et est caractérisée par le pouvoir, le sexe et l’argent.
Je vous invite à lire l’excellent livre de Lucile Peytavin intitulé « Le coût de la virilité »)

 👉 Aujourd’hui, selon une étude faite aux États-Unis**, le salaire du mari constitue un des « plafonds de verre » qui bloque la progression du salaire des femmes mariées.

Les femmes, afin de ne pas heurter leurs partenaires masculins et la représentation qu’ils ont d’eux-mêmes vont se brider dans leur carrière ou adopter des comportements.

Ce sont des comportements que je retrouve dans ma recherche…

📍 Et vous ? L’avez-vous déjà remarqué autour de vous ?

L’héritage financier, cet oublié du couple…au sens figuré ! 💰

On parle très souvent de l’héritage dans les familles, et ce sont souvent des moments qui peuvent entraîner des fractures, où l’on va régler ses comptes, ces moments vont créer de nouvelles dynamiques dans les familles, bref, ce n’est pas anodin.  

📌  Mais il y a un autre héritage dont on parle peu : notre rapport à l’argent. *

Chaque société, chaque culture, chaque famille possède ses codes face à l’argent qui vont dicter la façon de se comporter à son égard.

Lorsqu’un couple va cohabiter, il va consciemment ou inconsciemment reproduire le schéma de ceux qu’ils connaissent bien : Leurs parents. 

Nos parents vont nous transmettre ce qu’eux ont reçu en héritage qui leur avait été transmis par leurs parents et ainsi de suite… 

📌 Chaque lignée familiale a son héritage financier au sens propre… comme au figuré. 

La façon dont nos parents auront su (ou pas) gérer leur argent aura inextricablement, des conséquences sur nos façons de faire… que ce soit pour les imiter ou au contraire, prendre le contrepied.

S’installer en ménage, vivre ensemble c’est confronter l’un et l’autre ses propres codes financiers. 

📌  Une histoire de classe sociale ? Spoiler : non. 

Dans la recherche que je mène en ce moment pour mon mémoire en sexologie, certains couples provenant d’une même classe sociale ont des codes diamétralement opposés. 
C’est avant une histoire familiale qui n’a pas su se rencontrer.  

L’enjeu dans un couple est donc d’identifier ce qui relève des normes familiales et celles qui relèvent de nos propres agissements. 

C’est un exercice très difficile car remettre en cause son rapport à l’argent induit par sa famille reviendrait à remettre en cause sa famille.

 👉 Cette thématique est celle que j’aborde prochainement dans ma newsletter avec les clés pour vous aider à désamorcer et comprendre l’héritage émotionnel financier de l’autre 

📍PS : Pour continuer les échanges, n’hésitez pas à vous abonner à ma newsletter mensuelle 😀 : https://lnkd.in/eY-zE2gS
__

*Source : Bernard Prieur, l’argent dans le couple, 2006