Télétravail et libido : un pari gagnant-gagnant ?

Lors d’une consultation, j’aime avoir une analyse holistique sur la vie intime des personnes que je reçois…

..Et cela comprend : le télétravail !

Est-ce que mélanger les sphères professionnelles et personnelles peut influencer le désir ressenti ?

Quel est l’impact sur la vie intime à être 24 h sur 24 h avec son / sa partenaire ?

Est-ce que l’absence créée le manque ?

📌 Ce que nous dit l’étude :

J’ai voulu chercher des réponses et je suis tombée sur cette étude* menée par Qapa en 2022.

Ainsi, 72 % déclarent faire plus l’amour avec leur conjoint(e) quand ils sont en home office ! Une pratique qui se répand puisque seulement 64 % l’avouaient en 2021.

📌Comment l’expliquer ?

Je dis très souvent en consultation “On ne peut désirer quelqu’un qu’on ne voit pas”.

– Le télétravail augmente le temps passé ensemble…

– Et passer du temps avec l’autre, renforce la complicité, la communication, l’admiration, le partage et parfois, la se×ualité (je vous renvoie à mon post sur le P.A.C.C.S).

– Le télétravail gomme certaines frustrations du quotidien comme le fait que l’une des personnes du couple rentre tard, et donc moins de frustration = plus de place au désir.

– Dans certains cas, le télétravail permet une meilleure répartition des tâches et les couples qui ont un partage équitable des tâches ménagères ont de meilleures relations se×uelles.

👉Qu’en pensez-vous ?

____________

* Source :

Enquête Qapa réalisée en Février 2022 à partir de deux sondages auprès des 4,5 millions de candidats recensés sur Qapa.fr selon la méthode des quotas.

Parmi ces personnes interrogées, 52% d’entre elles sont des non-cadres et 48% sont des cadres.

#télétravail #couple

Connaissez-vous la dette sexuelle ?💰

(Ou quand une notion monétaire rencontre la sexualité… et ce n’est pas glorieux.)

📌 Je m’explique : 

La dette sexuelle est le fait de se sentir redevable d’une quelconque activité sexuelle sous prétexte d’avoir reçu un service ou un cadeau.

Il ne se passe pas une semaine sans que je n’y sois pas confrontée en consultation.

Généralement, il s’agit d’un phénomène intériorisé dont la plupart des personnes n’ont pas conscience. 

Le sentiment de dette sexuelle arrive à n’importe quel moment de la relation, que ce soit le premier rendez-vous ou que l’on soit en couple depuis des années. 

📌 À l’origine, qu’y a-t-il ? 

Trois mots : script érotique et hétéronormativité 

👉 Le script érotique : 

Au cours de notre jeunesse (et de notre vie en général), nous sommes toutes et tous exposé·e·s à des scripts érotiques où, dans les couples hétérosexuels, l’homme va être acteur et la femme, passive. 

Oui, vous avez bien lu, on a toutes et tous en tête un film / une série / un dessin animée où l’homme va sauver une jeune fille en détresse et en récompense il aura…un baiser.

Léa Séguin, Doctorante de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) en sexologie. précisait même : 

« Il y a derrière ça l’idée que si tu acceptes un cadeau, tu devrais en redonner un, et surtout, que la sexualité est une chose, une ressource qu’on donne, qu’on perd, qu’on se fait prendre, plutôt qu’une activité faite pour le plaisir de toutes les parties prenantes. Comme si c’était un échange économique. 

C’est une vision très problématique de la sexualité ».

👉 L’ hétéronormativité : 

Comme le précise l’article*, “la sexualité masculine serait alors caractérisée par l’assertivité et la performance, tandis que la sexualité féminine serait liée à l’affectivité et à la conjugalité.”

Pour rebondir, Mona Chollet écrivait en 2021 dans son essai* : 

« Dans une relation hétérosexuelle, l’accent est mis sur le fantasme et les désirs des hommes, sur leur point de vue, tandis que les femmes sont censées correspondre à cette projection et satisfaire leurs attentes »

📌 Que faire ?

– Identifier son script érotique.

– Apprendre à dissocier ce que provient du désir réel que de l’intériorisé. 

– Savoir répondre à la question “de quoi j’ai envie ?”.

– Se demander : “S’il / elle n’avait pas fait ceci, est-ce que j’agirai différemment ?”.

– Être en véritable connexion avec son corps pour identifier ce qui vous plait réellement. 

____________

Sources :

– “Dette sexuelle : on ne doit sexe à personne”, URBANIA MEDIA, Janvier 2022. 

– “Réinventer l’amour. Comment le patriarcat sabote les relations hétérosexuelles”, Mona Chollet, 2021. 

#argent #couple #égalitéprofessionnelle #féminisme #coupleetargent

La pire erreur d’organisation budgétaire dans le couple : faire 50/50 💸

Au nom d’une prétendue égalité des sexes, on va vouloir faire 50/50 partout…

 👉 Oui, mais c’est oublié que …

– Une femme sur quatre (seulement !) gagne autant, voire plus que son partenaire.

– 40 % des femmes dépendent économiquement de leur conjoint. 

– Deux couples sur trois (64 %) mettent en commun l’intégralité de leurs revenus.

 👉 À défaut de parler d’égalité, je préfère amplement mettre en avant l’équité dans le couple avec un partage des dépenses au prorata du salaire. 

 👉 Un immense merci à Samuel Chalom et au journal Les Echos START pour cette sollicitation, c’est une joie de me retrouver dans cet article aux côtés de Lucile Quillet

Voici l’article !

____________

Sources : 

– Écarts de revenus au sein des couples, INSEE, 2014

– Comment se prennent les décisions au sein des couples ?, CAF, 2015

– Enquête sur la sexualité en France, 2008

#argent #argentdanslecouple #financespersonnelles 

“L’appétit vient en mangeant” 

C’est absolument faux.

Il ne se passe pas une semaine sans que je l’entende en consultation, et même parfois, par certains médias,  et il est temps d’arrêter la diffusion de cette idée. 

C’est dangereux. 

📌 Rappelons le B-A BA de la sexualité : 

Une sexualité épanouie se résume à 2 ingrédients nécessaires (et vous allez vous rendre compte que ça n’a rien à voir avec l’appétit) : 

☝️: le plaisir

✌️: le consentement 

Respecter ses propres envies, ses désirs, ses propres limites, mais aussi celle de l’autre, en être à l’écoute, c’est de loin la meilleure façon d’entamer une relation intime. 

📌 Quel est le problème avec cette phrase ?

Clairement dire que l’appétit vient en mangeant sous-entend qu’il faut se forcer “un peu” (comme j’ai souvent lu) pour que le désir revienne.

C’est archi-faux…et l’effet obtenu est souvent l’inverse que celui escompté.

 👉 Preuve en est avec ma théorie du gâteau au chocolat 

Peut-être que vous en mangez de temps en temps et ça vous procure du plaisir.

Imaginez maintenant, que quelqu’un vous force à en manger tous les jours “pour faire plaisir”.

Au début, ça va aller, mais au fur et à mesure des jours qui vont passer, vous allez développer une forme d’aversion jusqu’à en être dégoutés.

📌 Il est de même avec la sexualité.

Reprenons le temps d’écouter nos envies, nos sensations de faim et arrêtons de forcer les gens (que ce soit pour la nourriture ou pour la sexualité) pour répondre à des prétendus normes sociales. 

____________

#sexualité  #sexologie #couple

À votre avis, il est plus facile de parler d’argent ou de sexualité avec ses proches ?

Vraie question.

Pourquoi il est plus difficile de demander  » on bai*e ?  » que  » combien tu gagnes ?  » …

C’est le titre du 5ᵉ épisode “Parlons Cash” que j’ai eu la chance d’enregistrer avec corine goldberger, journaliste,  et Thierry Ohayon, fondateur du cabinet eXent de conseil en gestion de patrimoine, co-auteur de « Les filles, Osons parler argent », et  L’argent au féminin ».  

📌 Au travers notre échange, vous découvrirez :

– Pourquoi parler d’argent dans le couple est difficile ?
– Comment aborder le sujet ? 
– Quelle organisation choisir ?
– Compte commun ou non ? 
– Comment faire quand, dans le couple, son fonctionnement désavantage l’un des deux sur le plan financier, patrimonial ?
– Qu’est-ce que la dépendance financière ?
– Quelles sont les conséquences de ce déséquilibre sur la relation de couple, sur son intimité ?

J’espère que vous prendrez autant de plaisir à l’écouter que moi, j’ai eu à l’enregistrer.

🎧 Lien de l’épisode : https://lnkd.in/eJzhr2FB

____________

#argent#couple#féminisme#coupleetargent

Stop à l’hyper-performance en sexualité ! ❌

Il ne se passe pas une semaine sans que j’entende au cabinet : 

 “Je ne le fais pas assez, est-ce que c’est normal ? “, 

“ J’aimerais que ça dure plus longtemps, je me sens nul·le quand je lis la durée normale d’un rapport “

“ Je n’ai pas de désir, je me trouve bizarre par rapport aux autres “ 

Ce que ces phrases traduisent de notre société : une sexualité chiffrée, normée et indexée. 

📌Une sexualité tournée autour de la performance

S’il y a bien une question que je ne pose jamais en consultation : le nombre de fois où les partenaires font l’amour. 

Pourquoi ?

Car nous sommes dans du quantitatif.

Comme je le précisais récemment dans un article de presse*, on ne va plus voir la sexualité comme la rencontre “ des corps et des cœurs “  mais comme une forme de sport avec des objectifs à atteindre.

Aujourd’hui, nous sommes dans un rapport très économique à la sexualité : 

❌On compte le nombre de fois comme on compte nos pas.

❌On cherche à optimiser notre vie sexuelle avec pour seul but, l’orgasme.

❌On va calculer le nombre de partenaires en se disant que c’est trop ou pas assez.

Mais au nom de quoi ?

À quoi ça sert ? 

À rien. 

📌Quelques pistes pour s’en sortir :

✅Ne jamais, Jamais, JAMAIS se forcer …“même si ça fait longtemps”.

✅Cesser de vouloir faire plaisir à l’autre.

✅S’interroger sur ses propres désirs en répondant à la phrase suivante “si j’étais libre de ces injonctions, qu’est ce que j’adorerai faire…”

✅S’éloigner des injonctions et se rappeler que la norme, ça n’existe qu’en mathématiques. 

_____________

“ Sexualité : course à l’orgasme, fréquence des rapports… dire stop à l’hyper performance”

par Hélyette Arnault pour Auféminin, Janvier 2023. 

#sexualité  #sexologie #couple

Les femmes, en couple et hétérosexuelles : grandes perdantes sur l’échiquier des salaires ?

📌En ce début d’année, riche de bonnes intentions et de promesses, permettez-moi, un instant, de souhaiter celle-ci : 

Celle de ne pas baisser la garde. 

Parler d’égalité professionnelle, c’est bien.

La vivre dans son couple, c’est mieux. 

📌Ce que nous disent les chiffres* : 

Lorsque l’on s’intéresse au salaire annuel perçu par les femmes vivant en couple, celui-ci est de 16 700 euros en moyenne contre 29 000 euros pour les hommes, soit un différentiel de 42% de moins. 

À titre de comparaison, selon la même étude, pour les célibataires, l’écart de revenu entre les hommes et les femmes est de 9%.

📌Que faut-il en conclure ?

Alors non, ne quittez pas votre partenaire (sauf si c’est votre bonne résolution, et dans ce cas-là, voyez mon post comme le signe que vous attendiez. 😬) 

👉  La virilité a un coût : 

Que ce soit pour la charge domestique ou la charge familiale, il semblerait que ce soit les femmes qui le prennent en majorité. 

À ce titre, deux ouvrages à lire en la matière : 

• “Le prix à payer : Ce que le couple hétéro coûte aux femmes” de Lucile Quillet.

• “Le coût de la virilité :  Ce que la France économiserait si les hommes se comportaient comme les femmes “ de Lucile Peytavin.

👉 Le plafond de verre, peut se trouver aussi, à la maison :

Dans une étude récente du NBER « Gender identity and relative income within households » (mai 2013), Marianne Bertrand, Emir Kamenica et Jessica Pan ont montré que : 

• Le salaire du mari constitue un des « plafonds de verre » qui bloque la progression du salaire des femmes mariées

• La femme aura tendance à limiter ses efforts pour maintenir un niveau inférieur

📌 Mon but ici, n’est clairement pas d’inciter au divorce ou à la séparation, mais de permettre à chacune d’oser regarder en face sa situation professionnelle et de se poser la question suivante : 

Est-ce que mes choix professionnels ont été guidés uniquement par mes envies ou celles-ci furent influencées par le rôle qu’on me demandait d’avoir dans la société ? 

____________

* Source : Enquête de l’INSEE “Écarts de revenus au sein des couples”,  INSEE PREMIÈRE, No 1492, paru le 6 Mars 2014.

#argent #couple #égalitéprofessionnelle #féminisme #coupleetargent 

Les couples qui partagent équitablement les tâches ménagères, ont de meilleures relations sexuelles. 🔥

Petite précision : ici, il est uniquement question de la qualité de la vie sexuelle (et non de la fréquence des rapports). 

📌 Que nous dit l’étude* ?

Selon cette étude publiée dans “The Journal of Sex Research” : 

Les femmes qui sont dans une relation où l’égalité est de mise (en termes de tâches ménagères et de charge mentale), ressentent plus de satisfaction dans leur vie de couple.

Cette plus grande satisfaction se traduit par plus de désir sexuel éprouvé à l’égard de leur partenaire, en comparaison à celles qui portent la charge mentale. 

📌 Quel est le lien entre le désir et les tâches ménagères ? 

Aujourd’hui, nous avons tendance à séparer ce qui relève du “sexuel” du reste de nos vies. Hors, la sexualité n’est que le reflet de ce qu’il se passe en nous. 

Celle-ci va être influencée par un ensemble de facteurs, qu’ils soient professionnels, médicaux, financiers, familiaux, etc. 

Pour que le désir s’exprime, il faut qu’il ait la place de le faire.

Comment une femme peut-elle être en mesure de ressentir ses émotions et d’être en contact avec son désir, si son esprit est occupé par la charge mentale ?

📌 Comment faire concrètement ?

J’ai souvent entendu dire en consultation “mon désir passe après la panière de linge sale”. 

 👉 Il est essentiel de se poser ces 5 questions :

1. Est-ce que mon désir a la place pour s’exprimer ?

2. Avec mon / ma partenaire, quand peut-il s’exprimer ?

3. Est-ce que je dispose de moments seul·e pour prendre soin de moi ?

4. Quel est le poids de la charge mentale au quotidien ?

5. Comment faire pour ré-équilibrer le partage des tâches ? 

Rappelez-vous, le désir s’exprime uniquement si on lui laisse la place pour le faire. 

 😉

____________

* Source : “Fairer Sex: The Role of Relationship Equity in Female Sexual Desire“ – Eva Johansen, Astrid Harkin, , Fionna Keating, Amelia Sanchez, & Dr Simone Buzwell –  The Journal of Sex Research, Mai 2022. 

#argent #couple #féminisme #coupleetargent #travail #sexologie #chargementale

« Dès qu’il y a une bascule dans les revenus, les personnes consultent, car il y a une bascule aussi de l’ordre sexuel.”

Surprenant, non ?

L’intime et le professionnel ont plus de liens qu’il n’y paraît.

📌 Ces mots proviennent de mon échange avec Nadia Morand, une consœur sexologue, lorsque je l’ai interrogé.

Depuis Septembre 2020, dans le cadre de ma recherche en sexologie sur les couples et l’argent, j’ai eu la chance de rencontrer des professionnels qui ont pris de leur temps pour nourrir ma réflexion.

📌 Voici le regard qu’elle pose :

“ Je pense à un couple hétérosexuel où la femme avait plus de patrimoine et s’est lancée dans l’entrepreneuriat. Son activité a marché. À partir de là, elle n’a plus du tout été soutenue par son partenaire[…].

C’est à partir du moment où elle s’est émancipée, qu’elle a osé mettre le doigt sur ce qui n’allait pas dans leur relation.

Dès qu’il y a une bascule dans les revenus, les personnes consultent, car il y a une bascule aussi de l’ordre sexuel. “

📌 Ce qu’il faut en conclure.

Nous avons tendance à segmenter les différentes sphères de notre vie, et oublier qu’elles agissent entre elles et vont s’influencer mutuellement.

Que ce soit une hausse ou une baisse de revenus, cela va forcément avoir un impact sur la dynamique de couple, car cela vient redistribuer les cartes.

De quelles cartes parlons-nous ?

Du pouvoir, de la prise de décision, du choix de partir en vacances, de la destination des vacances, de l’organisation familiale, de la gestion du foyer, du choix des courses etc.

➡️ Les changements professionnels ne sont pas anodins et prendre conscience de leur impact sur la vie sexuelle, c’est comprendre pourquoi, une prise de poste ou une perte d’emploi (par exemple), a un impact sur le désir.

➡️ Qu’en pensez-vous ?


Le travail tue-t-il le couple ? 

La réponse : oui. 

📌 Un triple constat préoccupant :

Selon une étude publiée en 2012 par le Groupe Technologia *, le travail aurait un impact néfaste sur le couple sur 3 aspects.

1. Sur leur vie sexuelle :

Une personne sur 4 aurait déjà eu des troubles sexuels en raison du stress (chez les cadres, ce chiffre grimpe à 70%) et 8 personnes sur 10 affirment que la fatigue accumulée au travail les empêche de faire l’amour le soir. 

2. Sur leur vie personnelle :

Pour 50% des personnes interrogées, le travail occupe la première position devant la vie de famille (30%) et la vie sociale (3%). En clair, on le priorise avant le reste.

3. Sur leur équilibre de vie :

Pour 4 cadres sur 10, la présence des téléphones ne permet pas la déconnexion.  

📌 Que faire ?

• S’interroger sur notre rapport au travail et à la productivité :

» Je vous invite à lire notamment l’excellent ouvrage de Laetitia Vitaud “En finir la productivité”. 

• Analyser profondément notre vision de la réussite : 

» D’où vient-elle ? Qu’est-ce qu’elle a à nous dire ? Qu’est-ce qu’on cherche à prouver ? À qui ? 

• Observer notre rapport au temps, mais surtout à la notion de l’urgent et de l’important :  

» Qu’est-ce qui est important selon moi ? Qu’ai-je envie que l’on retienne de moi ? 

» Je vous conseille, entre autres, la matrice d’Eisenhower, lorsque vous n’arrivez plus à vous en sortir.  

• Organiser du temps pour l’autre :

» Si vous êtes en couple, chaque Dimanche soir, prenez vos emplois du temps de la semaine, regardez-les avec votre partenaire et bloquez un créneau d’une ou deux heures qui sera dédié au couple. 

➡️ Et vous, qu’en pensez-vous ? Observez-vous les impacts du travail sur votre vie personnelle et intime ? 

____________

* Source : « Les effets du travail sur la vie privée », Cabinet Technologia, Mars 2012.

 Étude menée auprès de différentes catégories socioprofessionnelles sur un échantillon de 1500 salariés.

#argent #couple #égalitéprofessionnelle #féminisme #coupleetargent #travail