L’héritage financier, cet oublié du couple…au sens figuré ! 💰

On parle très souvent de l’héritage dans les familles, et ce sont souvent des moments qui peuvent entraîner des fractures, où l’on va régler ses comptes, ces moments vont créer de nouvelles dynamiques dans les familles, bref, ce n’est pas anodin.  

📌  Mais il y a un autre héritage dont on parle peu : notre rapport à l’argent. *

Chaque société, chaque culture, chaque famille possède ses codes face à l’argent qui vont dicter la façon de se comporter à son égard.

Lorsqu’un couple va cohabiter, il va consciemment ou inconsciemment reproduire le schéma de ceux qu’ils connaissent bien : Leurs parents. 

Nos parents vont nous transmettre ce qu’eux ont reçu en héritage qui leur avait été transmis par leurs parents et ainsi de suite… 

📌 Chaque lignée familiale a son héritage financier au sens propre… comme au figuré. 

La façon dont nos parents auront su (ou pas) gérer leur argent aura inextricablement, des conséquences sur nos façons de faire… que ce soit pour les imiter ou au contraire, prendre le contrepied.

S’installer en ménage, vivre ensemble c’est confronter l’un et l’autre ses propres codes financiers. 

📌  Une histoire de classe sociale ? Spoiler : non. 

Dans la recherche que je mène en ce moment pour mon mémoire en sexologie, certains couples provenant d’une même classe sociale ont des codes diamétralement opposés. 
C’est avant une histoire familiale qui n’a pas su se rencontrer.  

L’enjeu dans un couple est donc d’identifier ce qui relève des normes familiales et celles qui relèvent de nos propres agissements. 

C’est un exercice très difficile car remettre en cause son rapport à l’argent induit par sa famille reviendrait à remettre en cause sa famille.

 👉 Cette thématique est celle que j’aborde prochainement dans ma newsletter avec les clés pour vous aider à désamorcer et comprendre l’héritage émotionnel financier de l’autre 

📍PS : Pour continuer les échanges, n’hésitez pas à vous abonner à ma newsletter mensuelle 😀 : https://lnkd.in/eY-zE2gS
__

*Source : Bernard Prieur, l’argent dans le couple, 2006

Quand le tourbillon de la vie reprend.

Mercredi 27 Octobre, après le tourbillon de la rentrée, les vacances scolaires arrivent enfin pour celles et ceux qui ont des enfants.
Sensation d’avoir été en apnée, sous l’eau, comme coupés.

Il est loin le temps des galipettes lors d’une sieste crapuleuse.
Il est loin le temps des verres sirotés sous un coucher de soleil à 21h.
Il est loin le temps de l’allégresse et du temps qui passe.

Cessons l’heure de la culpabilité

« Il faudrait », ces deux mots prononcés font plus de mal que ne sauvent des situations émotionnelles.

Arrêtons la culpabilité, le regret et les ressentis.
Savourons chaque instant chaque minute.

Récemment une personne me disait :

Si vous saviez comment je rêverai de me replonger cet l’été … Je rêve de ces moments où avec mon mari, notre vie intime était plus intense

Une femme de 35 ans.

Avec la rentrée, la vie professionnelle qui se relance et s’élance dans une course effrénée, les obligations associatives qui viennent s’ajouter et la pression de nos vies, on ne peut que constater que le temps dédié à nos étreintes érotiques s’amenuise.

Et c’est ok.

L’Amour et ses 4 saisons

Je suis persuadée que comme moi, à la lecture de ces mots, raisonnent en vous les 4 saisons de Vivaldi.

L’ Amour aussi a ses 4 saisons et on serait bien embêté s’il était toujours sur les mêmes fréquences. Imaginons deux secondes… L’avantage de la vie c’est qu’elle est imprévisible et que chaque jour est une nouvelle page à écrire. Si notre vie était aussi lisse que du papier à musique, l’ennui en serait le maître mot.

Accepter que l’Amour, la vie conjugale puisse être rythmée en fonction des saisons (et plus largement de nos états d’âme) c’est plus accepter les phases ou cela va un peu moins bien (ou que l’on estime notre vie érotique moins trépidante).

Sur ces notes musicales, je vous laisse partir en vacances, l’esprit léger, le coeur aussi (je l’espère) et savourer chaque moment de l’automne en n’oubliant jamais que la première condition à l’Amour doit être le respect de l’autre mais surtout de soi.